Seul contre tous

Will Smith n’a pas fait de bon film depuis Sept Vies, soit depuis…2008. C’est donc impatiemment que j’attendais ce « retour », a fortiori dans un film sur le moment charnière d’un sport que j’apprécie: le football américain.

C’est l’histoire vraie d’un médecin nigérian, véritable génie bardé de diplômes, qui va payer cette intelligence en découvrant une pathologie neurologique mortelle due aux chocs répétés que subissent les footballeurs professionnels. Si ce sport est plus que confidentiel en France, il faut imaginer l’impact incommensurable de ses révélations dans un pays où le football américain est une religion: le dimanche est le jour du seigneur mais surtout celui du match, et la NFL est une énorme société. D’où l’enfer qu’a vécu notre héros…

Au final le film est intéressant, comme toutes les histoires vraies qui ont eu un impact historique; mais son traitement ne va pas assez en profondeur, et l’on quitte la salle avec un sentiment d’inachevé. C’est pourquoi il vaudra mieux se souvenir de ce film pour son casting.

Will Smith est véritablement de retour, et espérons que ce film lancera une nouvelle « phase » comme l’acteur en a souvent eu dans sa carrière (Ali/I Robot, Je suis une légende/Hancock/Sept Vies, etc); Alec Baldwin confirme lui son installation dans des films un peu plus « sérieux » que ceux de son début de carrière, après notamment Blue Jasmine et Still Alice; on notera enfin les performances de David Morse, grimé en Mike Webster (légende du football américaine et premier diagnostiqué de la pathologie découverte par le héros, l’encéphalopathie traumatique chronique ou ETC), et de la charmante actrice anglaise Gugu Mbatha-Raw.

Les histoires vraies de génies engagés font toujours de bons films: comme pour la cigarette, par exemple, les dangers pour la santé d’un sport aussi violent semblent évident après coup; mais quelqu’un devait bien les prouver en premier aux yeux du monde.

Ce film n’est pas si mauvais après tout, on regrettera seulement une résolution un peu abrupte pour le spectateur: en effet après un « abandon » du personnage principal pour sauver sa vie, tout s’arrange et l’happy ending tombe du ciel dans les dix dernières minutes du film. Le dernier plan, en revanche, est assez génial…

PS: une fois de plus, le titre français est ridicule…

concussion-will-smith-new-poster

 



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s