Un début prometteur

Prometteuse en effet était la perspective de découvrir Manu Payet dans son premier « grand » rôle non comique. La déception n’en a été que plus grande.
Pour son deuxième long-métrage, la fille de Fabrice Luchini (tout de même auréolée du César du meilleur court-métrage 2015) nous propose un patchwork complètement décousu: le héros, looser s’il en est (mais visiblement très riche, sinon le scénar est vite limité), se retrouve embarqué dans la love story improbable de son frère de 19 ans avec une belle blonde de 35 ans. De plus, une réalisation un peu cheap donne à ce trip incohérent des airs de téléfilm (oui, dans le sens gros mot).

Finalement on se console avec un casting pas dégueulasse, qui aurait mérité mieux: Veerle Baetens, star de l’excellent Alabama Monroe (César du meilleur film étranger en 2014, nominé aux Oscars), nous fait un peu oublier notre ennui avec sa plastique et sa magnifique voix; Zacharie Chasseriaud, jeune acteur de 19 ans à la filmographie déjà bien enflée, fait le job honnêtement même si son jeu est encore limité; enfin Luchini père, sous utilisé, fait du pur Luchini et cela devient lassant. Quant à Payet, que certains critiques vénèrent déjà comme le nouvel humoriste devenu acteur de génie, il n’y a vraiment pas de quoi se taper le cul par terre je vous l’assure.

En bref beaucoup de bruit pour rien, la grande majorité des critiques m’apparaissant comme complètement disproportionnées par rapport à ce film…qui n’en mérite pas tant.
À oublier.

image



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s