Le Transporteur: Héritage

Par respect pour la trilogie originale, j’avais vu la série (une seule saison, je vous rassure); et c’était déjà assez douloureux. Mais là, là, j’ai l’impression d’avoir trahi Jason Statham pour la dernière fois. Ce film est si mauvais que s’en était physiquement pénible: on a rarement été aussi proche du 10 sur l’échelle des Quatre Fantastiques. Summum de l’horreur, j’apprends en préparant ce billet qu’il a coûté presque le double du chef d’œuvre qu’est Youth; j’ai envie de vomir.

Tout d’abord, pour ce que ça vaut, ce film est une dénégation totale du personnage de Frank Martin: il est copain copain avec son papa, n’a aucun respect pour son véhicule, a un mécano (!!), se la joue James Bond…du grand n’importe quoi.

Mais surtout ce film est une suite d’incohérences et de bâclages qui sautent aux yeux, prenant clairement le spectateur pour l’énorme débile qu’il est. Fondu noir indiquant « Quinze ans plus tard » après une scène en 1995, nous sommes donc en 2010: je ne peux m’empêcher de faire le calcul et d’attendre les anachronismes. Je ne pensais pas en avoir un dès le premier plan, un Iphone 5, ni un lié au personnage le plus important du film à savoir la voiture: une Audi S8 D4 de…2012.

Mais également lorsque l’on retrouve les méchants 15 ans plus tard, autant vous dire qu’ils n’ont pas changé d’un poil (ce sont les même acteurs hein !), on a droit à de beaux flashbacks de la scène que l’on vient de voir il y a à peu près 30 secondes pour bien comprendre à qui on a affaire. Ridicule.

Vous en voulez encore? Il y a ce qu’il faut: incohérences dans la disposition des lieux pendant un combat (une pièce qui n’existe pas apparaît !) ou, et je crois qu’on tient là la palme, l’avion qui roule plein gaz (mais tout doucement) pendant une demie heure puis pile comme un scooter en bout de piste.

Ça y est, c’est trop pour moi les gars. Je suis le premier à kiffer les nanars bien gras, mais là je n’en peux plus.

Putain…le « nouveau » transporteur (Ed Skrein, un rappeur britannique) a le charisme d’une huitre, Ray Stevenson s’est perdu dans cette merde, et enfin la ravissante Noémie Lenoir aurait dû en rester aux deux Gomez et Tavarès.

 

Oh mon Dieu je me sens mieux. Je suis définitivement débarrassé de cette horreur. Maintenant je peux oublier à quel point j’ai trahi mon Jason.

transportersmall


One Comment on “Le Transporteur: Héritage”

  1. […] est parfaite dans le rôle de la petite amie rebelle; Ed Skrein s’éloigne un peu du navet Le Transporteur: L’héritage avec un rôle de méchant très méchant; enfin l’humoriste américain T.J Miller est très […]

    J'aime


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s