La grande belleza

Après l’excellent This must be the placePaolo Sorrentino était présent cette année à Cannes avec ce nouveau film au titre alléchant.

Il ne m’a jamais été aussi difficile de mettre des mots sur des émotions… Ce film se compose des tourments d’un quinqua, écrivain d’un succès qui voit la fin approcher, et qui dévoile la futilité de sa vie de fêtard mondain.

Mais c’est aussi la recherche de l’amour véritable, du mystère qui nous pousse à vivre toujours, et avant tout de cette grande belleza qu’il n’a jamais retrouvée.

Les errements nocturnes du chicissime Toni Servillo nous dévoile Rome comme jamais aucun film ne l’a fait, semble-t-il. Il y rencontre les différentes étapes de sa vie, Fanny, l’excellent Vernon Dobtcheff en magicien, des religieuses, des femmes…

C’est bien évidemment une critique du snobisme de la capitale, microcosme qui se pavane devant un art contemporain qui n’a plus d’art que le nom.

 

C’est un voyage à travers Rome et à travers la vie d’un homme, qui pourrait bien être n’importe lequel d’entre nous.

Sublime, et n’a rien obtenu à Cannes. Deux bonnes raisons de courir le voir.

La-Grande-Bellezza-Poster

 


One Comment on “La grande belleza”

  1. […] bien simple, La Grande Belleza était mon film préféré de l’année 2013 et probablement un de mes films préférés tout […]

    J'aime


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s